DR

La lutte des Pass pour les projections cannoises est sans merci. Récit d'un jaune du festival de CannesTout le monde ne le sait pas, mais derrière les paillettes affichées par le Festival de Cannes pendant quinze jours, se joue un combat aussi âpre qu’impitoyable. Une véritable lutte des pass. Les festivaliers sont en effet classés en plusieurs catégories, qui se traduisent par différentes couleurs de badge. En haut de cette hiérarchie aussi claire qu’un organigramme franc-maçon, il y a les Blancs et les Roses, avec un régime de pastilles aristocratiques que je n’ai pas encore saisi - n’étant que Jaune je n’ai pas le bonheur de fréquenter les hautes strates de cette micro société.  Ici, je suis un moins que rien, ou presque. Certes, je passe avant quelques valeureux badges Cinéphiles, mais le fait d’être inférieur aux Bleus rend très pénible mon quotidien sur la Croisette. C’est simple, tu as beau te pointer 2h54 avant la projection, le Bleu des beaux quartiers te passe toujours devant toi, le Jaune de banlieue. Même s’il arrive sept secondes avant le film, hop hop hop : easy pour lui. Mais ce que les Bleus, les Roses, et la haute société du Badge ignorent, c’est que le Pass Jaune revient toujours bien bronzé. Et toc.Eric Vernay