DR

Angelina Jolie, Johnny Depp, Alex Lutz, Michel Gondry, Dany Boon et Robert Zemeckis n’ont pas trouvé leur public cette année.

A l’heure du bilan, il y a toujours des grands gagnants (cette année Universal et Disney, avec respectivement Les Minions, Fast and Furious 7 et Jurassic World/Star Wars 7 et Avengers 2). Il y a aussi des perdants, beaucoup de perdants. Nous en avons choisi une quinzaine afin de représenter au mieux les flops de 2015. Pas en prenant la liste inversée du box-office, sans quoi elle serait remplie de films inconnus tous sortis dans moins de dix salles. Au contraire, ces longs-métrages ont tous été au cœur de l’actualité au moment de leur sortie. Ils ont eu une promotion importante, ont suscité de l’attente, sont réalisés par de grands metteurs en scène et/ou portés par des acteurs incontournables.

Ils sont classés en fonction de leur nombre d’entrées, pas du ratio budget/tickets écoulés, car plusieurs coûts de production de films français ne sont pas dévoilés. Les voici analysés du plus petit score (moins de 20 000 entrées pour Vue sur Mer d’Angelina Jolie) au plus gros (1,4 million pour le dernier Terminator). Car oui, on peut avoir passé le million d’entrées et être considéré comme un échec. Explications.

1. Vue sur mer d’Angelina Jolie a attiré 16 626 spectateurs dans 80 salles (pour l’instant)
La troisième réalisation d’Angelina Jolie sera-t-elle son plus gros flop ? Même si elle partage l’affiche de Vue sur mer avec son mari Brad Pitt, elle a attiré moins de 20 000 personnes en quinze jours avec ce drame intimiste, contre 41 082 au cumul pour Au Pays du sang et du miel en 2012 et près de 700 000 pour Invincible en début d’année. D’abord proposé dans 80 salles, il a chuté à seulement 31 copies le jour de la sortie de Star Wars 7. Il n’a donc aucune chance de remonter considérablement au fil des semaines.

Que vaut Vue sur mer ?

2. L’interview qui tue ! a attiré 36 211 spectateurs dans 127 salles
Sortira, sortira pas ? Sony a longtemps hésité. Que faire de cette comédie portée par Seth Rogen et James Franco, menacée par la Corée du Nord à cause de son sujet et prétexte au piratage de nombreuses données du studio fin 2014 ? La firme a pensé à annuler sa sortie, avant de la proposer au cinéma à Noël dernier aux Etats-Unis, tout en la diffusant en même temps en VOD alors qu’elle était en ligne depuis plusieurs semaines illégalement. Le film a battu des records de vues sur le web en décembre 2014, ce qui a considérablement compliqué sa diffusion à l’étranger. Difficile de trouver la bonne distribution dans ce contexte. En France, sa sortie a finalement été fixée au 28 janvier, dans plus de 100 salles, mais seules 36 211 personnes ont fait le déplacement. Au bout de quinze jours d’exploitation, L’Interview qui tue ! n’était déjà plus proposé au cinéma.

 

DR

3. La Rançon de la gloire a attiré 49 622 spectateurs dans 110 salles
Cinq ans après avoir attiré 3,2 millions de spectateurs avec Des Hommes et des Dieux, Xavier Beauvois a présenté La Rançon de la gloire le 7 janvier. Une comédie sociale au pitch alléchant -elle s’inspire du vol du cercueil de Charlie Chaplin quelques semaines après sa mort- et qui est porté par deux acteurs populaires : Benoît Poelvoorde et Roschdy Zem. Au bout de quelques jours, le constat est implacable : La Rançon de la Gloire sera le premier (gros) flop de l’année.

D’autres longs-métrages français sont passés inaperçus depuis malgré leur distribution impeccable. La Résistance de l’air, avec Reda Kateb et Ludivine Sagnier, cumulait 25 321 entrées au début de l’été, Les Anarchistes, porté par Adèle Exarchopoulos et Tahar Rahim, a fait à peine mieux (48 708 tickets écoulés au moment des attentats de novembre) et Marguerite et Julien, où Anaïs Demoustier et Jérémie Elkaïm se donnent la réplique, compte pour l’instant 23 705 spectateurs en quatrième semaine (par comparaison, La Guerre est déclarée avait frôlé les 900 000 entrées).

4. Love a attiré 61 517 spectateurs dans 33 salles
On a beaucoup entendu parler de Love cette année. Pour ses affiches provocantes, puis pour son contenu, qui a divisé le public cannois, et enfin pour son visa. Devait-il être considéré comme un film pornographique et interdit aux moins de 18 ans ? Ou est-ce "une histoire d’amour tournée en 3D et contenant des scènes de sexe", comme n’ont cessé de le répéter son réalisateur et son producteur Vincent Maraval ? Au final, quand il est sorti à la mi-juillet, Love n’était proposé que sur 33 copies. Beaucoup de bruit pour rien ?
Il s’agit tout de même du deuxième plus gros succès de Gaspar Noé, mais très loin derrière les 598 812 entrées d’Irréversible en 2002.

5. Un Français a attiré 56 085 spectateurs dans 65 salles
La sortie d’Un Français a également été accompagnée d’une polémique. Avant même qu’il ne soit distribué, le projet était attaqué avec virulence par certains internautes, au point que son réalisateur, Diastème, a fini par pousser un coup de gueule sur son blog, expliquant que son long-métrage critiquant l’extrême droite était déprogrammé de plusieurs salles avant même sa sortie officielle : "Je me doutais évidemment que cela n'allait pas être simple, mais pas une seule seconde je n'aurais imaginé que des exploitants qui aiment le film ne le prennent pas parce qu'ils ont peur".

Face aux insultes et au recul des exploitants, son distributeur, Mars Film, a trouvé un compromis en le proposant dans 65 salles. C’est peu, surtout au mois de juin où les blockbusters commencent à envahir les écrans. Un Français s’est précisément retrouvé face à Jurassic World, et cette contre-programmation n’a pas vraiment joué en faveur du long-métrage.

 

DR

6. The Program a attiré 86 439 spectateurs dans 201 salles
Contrairement au film de Diastème, celui de Stephen Frears n’a pas eu de souci de distribution. Proposé dans plus de 200 salles, son biopic de Lance Armstrong a écoulé 86 439 tickets seulement. On est loin des 730 686 de Philomena ou des 600 017 de Tamara Drewe ! Le réalisateur au parcours éclectique n’en est cependant pas à son premier flop : Lady Vegas avait intrigué seulement 30 026 curieux lors de sa sortie en 2012.

Stephen Frears n’est pas le seul réalisateur reconnu à s’être planté cette année au box-office français. Dans une moindre mesure, Regression, d’Alejandro Amenabar, a enregistré 148 994 entrées cet automne malgré ses 160 salles à travers la France et Crimson Peak, de Guillermo Del Toro, a fini sa course à 299 112 billets vendus pour 273 copies. 

7. Microbe et Gasoil a attiré 96 325 spectateurs dans 150 salles
Sorti en plein été, le dernier film de Michel Gondry a également rassemblé moins de 100 000 curieux devant les écrans en six semaines. A contre-courant des blockbusters et sans star dans les premiers rôles, le pari était risqué, même en recevant de bonnes critiques. Ce n’est pas une première pour le réalisateur, qui alterne entre les documentaires (L’Epine dans le Cœur, The We and the I...) qui passent inaperçus au cinéma, et les longs-métrages à succès : Eternal Sunshine of the Spotless Mind, La Science des Rêves, Soyez sympas rembobinez, The Green Hornet et L’Ecume des Jours ont tous enregistré plus de 500 000 entrées.

On peut rapprocher ce score de celui du dernier long-métrage de Joann Sfar, La Dame dans l’auto avec des lunettes et un fusil, qui a fait déplacer 84 870 personnes en août dans 140 salles. L’auteur et réalisateur avait fait beaucoup mieux avec Gainsbourg vie héroïque (1,1 million d’entrées) en 2010 et Le Chat du Rabbin (plus de 500 000) un an plus tard. Là aussi, l’absence de star et le choix d’une contre-programmation a sans doute joué contre lui, même si les critiques étaient globalement positives.

8. Le Talent de mes amis a attiré 98 325 spectateurs dans 218 salles
Coup dur pour Alex Lutz, qui n’a pas réussi à faire déplacer les foules avec son premier film, malgré une distribution assez large. Sortie début mai, sa comédie a tenu un mois avant de disparaître des écrans. Elle avait pourtant été soutenue dans la presse, et la popularité du comédien n’est plus à démontrer : son one man show cartonnait au moment où son film a fait un flop, et il est l’une des stars des pastilles humoristiques de Canal +.
Cet échec est d’autant plus cuisant qu’au même moment, Connasse Princesse des Cœurs, porté par Camille Cottin, une autre star de la chaîne cryptée, passait le million d’entrées.

 

DR

9. The Walk – Rêver plus haut a attiré 129 955 spectateurs dans 458 salles
Nous parlions un peu plus haut des cinéastes reconnus qui n’ont pas su convaincre le public avec leur dernière réalisation. Robert Zemeckis "mérite" d’apparaître à part, tant son échec est cuisant. Contrairement à ses confrères, son film The Walk, relatant le "coup artistique" fou du funambule Philippe Petit, était proposé sur plus de 450 écrans. Sony y croyait et lui a offert une belle distribution, dans des salles équipées pour des projections en IMAX ou en 3D. Composée d’acteurs anglophones et francophones populaires (Joseph Gordon-Levitt, Charlotte Le Bon, Ben Kingsley…), l’équipe a défendu le projet et sa sortie coïncidait avec les 30 ans du film culte de Zemeckis Retour Vers le Futur, ce qui lui a offert une médiatisation importante. The Walk avait tout pour marcher, mais le public l’a boudé. Aussi bien en France que dans le reste du monde, d’ailleurs. En tout, il a rapporté moins de 50 millions de dollars.

10. Hacker a attiré 144 413 spectateurs dans 84 salles
Michael Mann figure lui aussi parmi les cinéastes qui n’ont pas trouvé leur public en 2015. Son cyber-thriller Hacker a attiré moins de 200 000 spectateurs. Difficile de le comparer pour autant aux flops de The Walk ou de The Program, car il n’était même pas présent dans 100 salles. Terrence Malick et Paul Thomas Anderson ont subi le même sort : Knight of Cups et Inherent Vice sont sortis respectivement dans 39 et 109 cinémas à travers l’Hexagone. Dans ces conditions, difficile de battre des records, et ce même quand les films sont acclamés par la critique. Le premier a attiré 33 279 personnes depuis le 25 novembre et le second 141 106.

 

DR

11. Les Gorilles a attiré 151 538 spectateurs dans 318 salles
Certes, cette comédie a passé les 150 000 entrées. Mais pour Joey Starr et Manu Payet, ce score est plutôt faible. Le premier était multimillionnaire avec Les Seigneurs et Polisse (même si ses derniers films, Une Autre Vie et Colt 45, avaient réunis respectivement 65 387 et 56 327 personnes), et le second  a passé plusieurs fois les 500 000 entrées avec Un peu beaucoup aveuglément, Nous York ou Radiostars, par exemple (en revanche, Un début prometteur, sorti en septembre, a attiré moins de 100 000 curieux). Les Gorilles était proposé dans plus de 300 cinémas lors de sa sortie le 15 avril, mais après trois semaines, il n’était plus diffusé du tout.

Ce n’est pas la seule comédie à avoir moins bien marché que prévu cette année. Alors que Kev Adams cumulait 7 millions d’entrées partagées entre Les Profs 2 et Les Nouvelles Aventures d’Aladin, le grand gagnant du festival de l’Alpe d’Huez, Toute Première fois, n’a pas passé les 500 000 entrées, Daniel Auteuil a enchaîné deux films de potes au printemps sans grand succès (426 212 spectateurs pour Nos Femmes et 718 214 pour Entre Amis) et Robin des Bois : La Véritable Histoire, avec Max Boublil, a tout juste écoulé 500 000 tickets malgré sa distribution étendue de plus de 400 salles.

12. Gunman a attiré 154 213 spectateurs dans 370 salles
Aucun style n’est épargné. Le film d’action Gunman a attiré à peine 150 000 personnes alors qu’il sortait en pleine saison des blockbusters. Réalisé par Pierre Morel, il était clairement présenté comme "le Taken de Sean Penn", mais le public ne l’a pas suivi. Ironie du sort, cet échec est survenu quelques semaines après le gros carton de Taken 3, qui attirait deux millions et demi de personnes en janvier. N’est pas Liam Neeson qui veut ? Pas vraiment : en dehors de cette suite, l’acteur irlandais était à l’affiche d’un autre film d’action en 2015, Night Run, qui a moyennement marché : 485 191 entrées pour 406 copies en mars.

 

DR

13. Charlie Mortdecai a attiré 202 621 spectateurs dans 398 salles
Johnny Depp n’a pas passé le million dans les salles françaises depuis Lone Ranger il y a deux ans et demi. L’acteur américain a particulièrement perdu son mojo cette année avec trois flops consécutifs : la comédie Charlie Mortdecai, sortie en janvier, suivie une semaine plus tard par la comédie musicale Into the Woods, qui a fait déplacer 219 501 curieux, et le polar Strictly Criminal, sorti fin novembre, qui stagne à 327 889 entrées.

Son réalisateur fétiche Tim Burton n’a pas non plus réussi son coup en 2015. 383 114 tickets ont été vendus pour Big Eyes, son biopic de la peintre Margaret Keane, soit son plus petit score depuis Pee-Wee (247 101 billets en 1987) et Ed Wood (267 630 il y a 20 ans).

14. Lolo a attiré 906 840 spectateurs dans 506 salles
Lolo n’est pas à proprement un échec, c’est même le plus gros succès de sa réalisatrice Julie Delpy. Il est intéressant de s’y arrêter un instant pour une seule et bonne raison : sa star. Dany Boon n’avait pas écoulé moins d’1 million d’entrées en tant qu’acteur depuis… Pédale dure en 2004. Ces 11 dernières années, le comédien et réalisateur enchaînait les succès, du million tout rond de Mon Meilleur ami au 20,4 millions de Bienvenue chez les Ch’tis

15. Terminator Genisys a attiré 1 420 602 spectateurs dans 770 salles 
Le dernier Terminator est millionnaire, ce qui ne l’empêche pas d’obtenir le plus petit score de toute la saga. Même Renaissance avait fait mieux en 2009 en passant le million et demi. Les autres ont écoulé au minimum 3 millions de tickets, et Le Jugement Dernier a même doublé ce résultat en 1991. 

Terminator 5 fait pâle mine face à ses prédécesseurs, et ce n’est pas le seul blockbuster de l’année à avoir -au moins en partie- raté sa cible. On peut par exemple évoquer les 600 000 entrées de Chappie. Sans être honteux, ce score est le plus petit de Neill Blomkamp, qui avait passé le million avec District 9 et Elysium. A la poursuite de demain, une grosse production de Disney avec George Clooney, a également frôlé le million sans l’atteindre, Jupiter : Les Lois de l’Univers, des Wachowski, a tout juste passé les 800 000 entrées et Pixels les 700 000. Loin d’être un flop, le dernier épisode de Hunger Games a écoulé moins de tickets que les deux précédents (2,6 millions quand même). A l’inverse, certaines  grosses productions mal reçues d’un point de vue critique ont bien marché, à l’image des 4 Fantastiques, millionnaire cet été.

A lire aussi sur Première