DR

Dans Le Loup de Wall Street, Jean Dujardin interprète un rôle court mais clé, celui du banquier suisse qui va entrainer Jordan Belfort (Leonardo DiCaprio) dans une spirale de débauche et de corruption. Une première expérience américaine dont il nous parlait en février dernier : « DiCaprio a été très sympa, expliquait Dujardin. Il te tape dans la main quand tu arrives sur le plateau, mais je sentais en même temps qu’il me regardait un peu du genre : “Tu ne serais pas un accident, toi ? Tu l’as eu comment, ton Oscar ?” Puis il a vu que j’avais envie de jouer, que je m’amusais, que je proposais des choses… Et à la fin, il m’a lâché : “J’ai voté pour toi aux Oscars.” Ça a de la gueule, quand même… » Ce qui a encore plus de gueule, c’est ce que DiCaprio nous a dit sur Dujardin au cours de l’entretien exclusif qu’il nous a accordé pour la couverture du dernier numéro de Première. « Jean un mec génial, extrêmement drôle, confie-t-il. Juste après avoir remporté l’Oscar, il aurait pu débarquer sur le tournage en se la racontant, demander à être traité avec certains égards. Mais à peine arrivé, il était déjà en train de déconner. Son personnage l’amusait beaucoup et il s’est montré hyper collaboratif avec tout le monde. Humble, cool, sociable… J’ai adoré bosser avec lui. Intégrer une production comme celle-ci, où l’improvisation était souvent de mise - dans une langue qui n’est pas la sienne, en plus – n’a pas dû être évident. Mais il s’en est sorti haut la main, avec une élégance folle. » Il faudra patienter jusqu’au 25 décembre, date de sortie française du Loup de Wall Street, pour assister aux premiers pas hollywoodiens de Jean Dujardin chez Martin Scorsese. Une aventure américaine qui se poursuivra le 5 février dans le très attendu The Monuments Men, de George Clooney (les premières images du film sont disponibles ici).Mathieu Carratier (@mat_carratVoir le sommaire illustré du nouveau numéro de Première