Dans ses yeux
Pretty Pictures

Arte vous fait voyager en Argentine, ce soir, en diffusant ce film oscarisé, suivi d’El Clan.

Double programme argentin à partir de 21h sur la septième chaîne. Tout d’abord, Dans ses yeux, qui a reçu l'Oscar du meilleur film étranger en 2011, puis El clan de Pablo Trapero, un joli succès critique sorti cinq ans plus tard.

El Clan : portrait stupéfiant d'un fasciste convaincu [critique]

L’histoire de Dans ses yeux ? 1974, Buenos Aires. Benjamin Esposito enquête sur le meurtre violent d’une jeune femme. 25 ans plus tard, il décide d'écrire un roman basé sur cette affaire “classée” dont il a été témoin et protagoniste. Ce travail d'écriture le ramène à ce meurtre qui l'obsède depuis tant d'années mais également à l'amour qu'il portait alors à sa collègue de travail. Benjamin replonge ainsi dans cette période sombre de l'Argentine où l'ambiance était étouffante et les apparences trompeuses...

Voici notre critique : Sorti en 2010, Dans ses yeux explore par le spectre du thriller le passé récent de l'Argentine et du péronisme. Un exercice de style réussi qui avait à l'époque convaincu Première : "Juan José Campanella [marie] thriller politique et comédie romantique avec une aisance suffisante pour que l’on se prenne au jeu. Quoique l’on se prenne surtout au jeu de Ricardo Darín, le « George Clooney argentin », et à celui de Soledad Villamil, qui joue sa supérieure hiérarchique, deux comédiens habitués à la caméra de Campanella et qui sont ici particulièrement remarquables puisqu’ils incarnent, avec la même aisance mais pas de la même manière, leurs personnages à deux âges différents".

A lire aussi sur Première