Harry Potter sans Daniel Radcliffe, dit comme ça, ça parait impensable. Pourtant, c'est bien ce qui a traversé l'esprit du jeune acteur à un moment donné de sa carrière. Dans une interview livrée à The Guardian, le comédien avoue qu'il a failli quitter l'aventure après le troisième film, Le prisonnier d'Azkaban d'Alfonso Cuarón : « Après le troisième volet, j'ai pensé que c'était le moment où jamais de tout arrêter. Il était encore temps pour un nouvel acteur de s’approprier le personnage. »Du haut de ses 24 ans, Daniel a déjà de la bouteille : 16 films dont 8 opus de la saga du célèbre sorcier. Une carrière assez significative pour pouvoir d'ores et déjà porter un regard en « Je savais que le personnage de Harry n'allait pas me lâcher jusqu'au restant de mes jours, c'est pourquoi essayer de tout faire pour que personne ne m'en parle est complètement stupide. C'est comme pour Paul McCartney. Il aurait pu continuer à faire un tas d'autres trucs, mais les gens parleront toujours de lui comme un Beatles. » Il faut dire que pour beaucoup de personnes « Daniel Radcliffe est Harry Potter et Harry Potter est Daniel Radcliffe » résume brillamment the Guardian.Alors pourquoi ne pas avoir tout arrêté ? « Finalement j'ai décidé que je m'amusais trop. Il n'y a pas que des trucs sympas dans la vie d'un ado. Et certainement rien d'aussi cool que de jouer dans Harry Potter (...) A la base ce que je préférais, c'est que ça me permettait de sécher les cours » s'amuse Daniel. Pourtant il est pas toujours évident de grandir devant la caméra : « Dans le deuxième opus, il y a une scène où je dois remonter mon pantalon pour montrer que je ne porte pas de chaussettes. Sauf qu'à 12 ans mes jambes étaient trop poilues. 'Personne ne va croire qu'un garçon de 12 ans a autant de poils', s'est dit la production. C'est pourquoi on a dû me raser 5 centimètres de mollet. » rigole la star. Daniel revient d'ailleurs sur les joies de grandir devant le monde entier sur écran géant, avec toute la paranoïa que cela peut engendrer : "Et puis je suis arrivé à un stade où tous mes amis sortaient en boite de nuit. Et moi je ne pouvais pas, à cause de l'anxiété que cela me procurait de les accompagner. Même si les gens ne te regardent pas, c'est dans ta tête. Si tu commences à danser, tu penses tout de suite que tout le monde va dire : 'hé regarde ! Il y a Harry Potter qui danse comme un con'. » Reste la vocation, une passion, celle de jouer : « J'adore être sur un plateau de tournage. C'est un endroit très familier et d'un très grand confort pour moi. Honnêtement j'espère que je mourrais sur un plateau. Le plus tard possible. » confie-t-il. Daniel Radcliffe incarnera très prochainement Igor dans Frankenstein de Paul McGuigan (Rencontre à Wicker Park) aux côtés de James McAvoy dans le rôle Victor Von Frankenstein.