Casquette à l’envers perpétuellement vissée sur une bouille joyeuse, D’jal a la tchatche. Alerte, spirituel, réactif, il use de différents niveaux de langue et fait vivre une large palette de personnages. Sur le fond, on est dans la satire communautaire façon Jamel Comedy Club – D’jal nous parle des reubeus, des reunois, et propose même une très bonne parodie de prof portugais dans une classe difficile. Du rythme, de la verve et, bien sûr, du groove.