DR

Marc-Olivier Sebbag, délégué général de la Fédération nationale des cinémas français (FNCF), a expliqué ce week-end au Parisien que "l'offre du ticket de cinéma à 4€ pour les moins de 14 ans est un succès". Cette initiative, lancée en janvier 2014, se poursuivra donc en 2015. Le Centre National du Cinéma (CNC) détaille que durant le 11 premiers mois de l'année, elle a profité à plus de 11 millions de spectateurs. Il note une hausse de 18,3% concernant les 6-14 ans, et même 31% pour le 6/10 ans. Car concrètement, si les jeunes ont droit à ce tarif réduit, ils sont souvent accompagnés d'adultes, qui eux, payent plus cher.Il est vrai que plusieurs films familiaux ont connu un grand succès cette année. Minuscule a été le premier a profiter de cette baisse de prix en frôlant le million et demi d'entrées en février, mais ce sont surtout les blockbusters qui ont profité de cette baisse. Dragons 2 et Rio 2 ont attiré plus de 3 millions de curieux, dont pas mal de jeunes. Le Labyrinthe, Hunger Games 3, Les Vacances du Petit Nicolas ou encore Les Gardiens de la Galaxie, qui ont franchi la barre des 2 millions, ont sans doute été boostés par cette offre, tout comme les trois plus gros succès de l'année : Qu'est-ce qu'on a fait au Bon Dieu ?, Supercondriaque et Lucy.Pour ses organisateurs, l'opération a clairement contribué à doper la fréquentation des salles, qui devrait dépasser les 210 millions d'entrées cette année. "A travers cette initiative, nous voulions que le public profite de la baisse de la TVA de 7 à 5 % et que les salles attirent davantage de jeunes, explique Sebbag. L'objectif a été atteint." Vraiment ?L'opération continue... à faire débatLorsqu'elle a été lancée, cette manoeuvre a immédiatement été critiquée par des distributeurs, exploitants et producteurs, et une nouvelle fois, des voix s'élèvent contre l'annonce de sa prolongation. Les salles d'arts et essai qui proposaient déjà un tarif avantageux pour les enfants se sont retrouvés en concurrence avec les multiplexes. Les distributeurs de films d'animation gagnent également moins d'argent sur chaque ticket vendu. Ce qui peut être un gros souci pour les indépendants. "Cela nous oblige à anticiper la baisse de recettes, souligne au Parisien Martin Bidou, de Haut et Court, qui proposait cette année le film d'animation Le Chant de La Mer. Nous devons moins dépenser en frais de distribution".Vincent Maraval, à la tête de Wild Bunch, a de son côté tweeté que cette reconduction a été planifiée "contre l'avis des distributeurs et sans les consulter". "Prenons date avec le CNC et donnons leur rendez-vous dans un an sur l'état de la distribution indé, ajoute-t-il. Ils ne pourront pas dire qu'ils ne savaient pas." "On veut bien mettre la main à la poche, je crois que c’est acquis, nous expliquait Marie-Jeanne Gomet, directrice du Cinespace à Beauvais, en début d'année. Après le choix du 0-14 ans, ça interpelle un peu. On aurait préféré la tranche d’âge 15-25 ans qui ont moins de réductions, à priori, et qui ont une certaine autonomie. Mais maintenant, il va falloir attendre la fin 2014 pour faire un bilan et prendre les mesures." Cette question reste pertinente. La baisse de tarif pourrait-elle être prochainement étendue au-delà de 14 ans ?