De Pirates Des Caraïbes en Transformers, la durée normative du blockbuster semblait définitivement gavée à l’hormone de croissance. Phénomènes, lui, ne gaspille sa salive : 90 minutes élaguées à la serpe, zappant le superflu, et recentré sur un récit garanti sans matière grasse. Après on peut toujours aller diner en causant du film, sans avoir peur de louper le dernier métro.